Comment apprendre à jouer de la guitare à l’oreille : le guide complet

Publié le : 02/08/2020 13:12:40
Catégories : Apprendre

Si vous êtes guitariste, la situation suivante a probablement du vous arriver. Vous êtes dans votre voiture ou en train de surfer sur le net, et vous découvrez une chanson qui vous plait et vous décidez de l’apprendre apprendre. Mais problème, aucune tablature ou partition n’est disponible sur le web ! Alors que faire ? La réponse est simple.  Apprendre le morceau à l’oreille pardi !

Etre capable de jouer à l’oreille est une compétence importante à avoir pour tout guitariste qui se respecte, et comme pour tout en matière de musique, c’est une question d’entrainement et de méthode.

Il y a plusieurs intérêts à savoir jouer à l’oreille. Tout d’abord, au-delà du problème de la tablature inexistante, cette compétence vous permettra d’adapter à la guitare des morceaux composés pour des instruments différents. Un bon exemple est celui des génériques de films, qui sont souvent joués avec des cuivres ou des instruments à cordes frottées comme le violon. Si vous voulez les adapter, il faudra vous fier à votre oreille et trouver comment les jouer avec votre guitare.

La seconde bonne raison d’apprendre cette technique, est qu’elle complétera votre lecture des tablatures. Les tablatures comportent souvent des imprécisions, et être capable de comprendre lorsqu’il faut vous en éloigner pour trouver votre propre façon d’interpréter un lick ou une portion de solo est très important si vous voulez vraiment coller à ce que joue l’artiste. Il faut bien comprendre que certains morceaux sont extrêmement difficiles à tabler, et même de très bonnes tablatures au format Guitar Pro comportent de petites inexactitudes.

Enfin, le fait de faire confiance à votre oreille va vous permettre de développer votre musicalité et la connaissance de votre instrument. En effet, plutôt que de fixer des chiffres sur une feuille de papier ou un écran d’ordinateur, vous devrez vous servir de l’outil le plus fondamental du musicien. Les oreilles ! Ce sont elles qui vont guider vos mains, au lieu de vos yeux, et c’est très important pour progresser.

Avec le temps vous arriverez à comprendre tout de suite dans quelle gamme est jouée un morceau, quels sont les intervalles entre deux notes et quelle est la structure de la grille d’accords. Cela vous permettra à terme d’apprendre beaucoup plus vite n’importe quelle chanson ou solo, surtout si vous combinez apprentissage à l’oreille et tablatures.

Ce dossier va vous expliquer toutes les compétences à acquérir pour pouvoir jouer à l’oreille si vous êtes encore débutant, ainsi que les différentes méthodes pour déchiffrer les mélodies et les grilles d’accords.

écouter musique

Conseils généraux : Bien commencer sans s’emmêler les pinceaux

Certains instructeurs conseillent aux débutants de commencer à jouer à l’oreille dès qu’ils commencent leur apprentissage. Si il n’existe pas de vérité universelle à ce sujet, je suis assez dubitatif sur l’intérêt de passer du temps à essayer de déchiffrer des morceaux à l’oreille dès le début. Les limitations techniques auxquelles un débutant va faire face vont l’empêcher d’apprendre efficacement, et le manque de connaissance de l’instrument et des intervalles entre les notes, des gammes etc. va rendre la tâche extrêmement ardue à mon sens.

Je pense qu’il existe quelques pré-requis à avoir avant de se lancer que je vais à présent vous exposer. Si vous êtes débutant, prenez ce qui suit comme des axes de travail pour améliorer vos capacités d’apprentissage.

1) Travaillez votre capacité d’écoute

La première étape avant de pouvoir apprendre un morceau à l’oreille est de bien l’écouter et de l’enregistrer mentalement.

N’importe quelle personne capable de chanter par-dessus un morceau à la radio possède cette compétence. Cela parait évident, mais c’est absolument vital.

Une erreur que font beaucoup de guitaristes est de négliger cette étape et de tout de suite sortir leur instrument pour commencer à jouer. Le problème, c’est que si vous n’êtes pas capable de chanter la musique correctement dans votre tête, vous allez apprendre le morceau en fonction de ce que vous pensez qu’il est, au lieu de ce qu’il est réellement. En gros, c’est comme essayer de monter un meuble Ikea sans lire la notice. L’idée ici est donc que si vous n’êtes pas capable d’imaginer la musique correctement dans votre tête et de bien visualiser le morceau, vous ne pourrez pas bien le jouer.

Lorsque je dois apprendre un morceau ou un solo difficile, je prends toujours le temps de bien l’écouter en boucle afin de repérer les passages difficiles, comprendre la mise en place, essayer de visualiser le type de doigté à employer, les gammes et les techniques utilisées etc.

Une bonne pratique pour bien mémoriser un morceau efficacement est de l’écouter avant de vous coucher, c’est le moment de la journée pedant lequel votre cerveau enregistre le mieux les informations.

C’est seulement une fois cette étape de mémorisation passée que vous devez sortir votre guitare.

2) Développez votre oreille relative

L’oreille relative est la capacité d’un musicien à reconnaître des notes en fonction de leur relation avec d’autres notes, et implique une capacité de reconnaissance des intervalles musicaux. (L’oreille absolue elle concerne la capacité à reconnaitre la hauteur d’une note sans référence préalable).

Il s’agit d’une technique absolument fondamentale dans le jeu à l’oreille car elle permet les choses suivantes :

a) Jouer des mélodies à l’oreille

En étant capable de comprendre le rôle de chaque note au sein de la gamme dans laquelle est jouée le morceau.

b) Jouer des accords à l’oreille

Vous serez capable de reconnaitre le degré de chaque accord au sein de la progression ( I IV V par exemple)

c) Improviser

Jouer à l’oreille, c’est aussi être capable de jouer ce que vous imaginez dans votre tête avec votre guitare et cela de se limite pas à seulement apprendre des chansons. Il se peut qu’un matin une idée de mélodie ou de lick vous vienne en sifflotant pendant que vous allez travailler. Si vous voulez la retrouver sur le manche de votre guitare, votre oreille relative vous sera extrêmement utile car vous pourrez identifier les intervalles entre les notes de votre guitare.

Vous pouvez développer votre oreille relative avec des exercices spécifiques de reconnaissance d’intervalles. Apprendre le solfège est aussi utile pour comprendre les gammes et les modes à l’oreille. Vous pouvez aussi travailler la reconnaissance des accords et des progressions.

3) Travaillez votre sens du rythme

Une erreur à ne pas faire lorsque l’on commence à apprendre à jouer à l’oreille est de négliger le rythme. Il s’agit d’une composante aussi importante que les intervalles et la hauteur des notes. Pour bien interpréter une chanson à l’oreille, il vous faudra être capable de bien comprendre le timing de chaque note, le sens de l’attaque etc.

4) Etudiez la structure du morceau

Au lieu d’essayer d’apprendre le morceau du début à la fin, essayer de le déconstruire pour en comprendre la structure. Le but est de repérer si certaines parties se répètent.

Où sont les couplets ? Le refrain ? Y a t-il un riff ou une rythmique spécifiques pour chacun d’eux? Combien de fois le thème est-il répété ?

Ainsi si vous apprenez un riff qui est répété de nombreuses fois, vous aurez fait une bonne partie du travail, et vous n’aurez plus qu’à fignoler en travaillant les parties manquantes. Si vous apprenez des rythmiques de pop, qui sont en général basées sur 3 accords, c’est vraiment le travail le plus important à faire pour vous faciliter la tâche.

Faites vous une feuille dans laquelle vous détaillez chaque type de riff, combien de fois il est répété, et essayez de bien visualiser le morceau dans sa globalité, vous gagnerez du temps et cela vous aidera à bien mémoriser l’enchainement des différentes mélodies ou suite d’accords.

5) Utilisez les bons effets

Ce conseil vaut en priorité pour les guitaristes électriques, et en particulier pour les amateurs de pédalier riches de centaines d’effets. Le rendu de tous les morceaux que vous allez apprendre va être influencé par les effets que vous utilisez, et si vous voulez reproduire fidèlement le son original, il vous faudra consacrer du temps à bien régler vote ampli et vos pédales.

Par contre lorsque vous travaillez à déchiffrer un morceau, je vous conseille de réduire le niveau de distorsion de vos pédales. La distorsion est un effet très important dans le rock, mais elle a tendance à masquer les défauts dans l’attaque et le jeu du guitariste en général. Il vaut donc mieux jouer avec un signal plus léger au début pour vous assurer que le rendu est bien propre. Vous pourrez ensuite envoyer du gros son.

guitare oreille

Déchiffrer riffs, mélodies et solos à l’oreille

1) Commencez par bien écouter le morceau.

Ne touchez pas à votre guitare au début et travaillez à bien mémoriser le morceau, que ce soit au niveau mélodique ou rythmique. J’ai développé sur l’importance de l’écoute plus haut donc je ne vais pas m’étendre là-dessus, mais c’est bien entendu la première étape du process d’apprentissage d’une mélodie.

2) Trouvez la première note de la mélodie

Au tout début, trouver la première note d’un riff demandera pas mal de tâtonnement. Pensez à la note que vous cherchez et laissez votre main gauche se promener vers la case que vous pensez être juste. Suivez votre intuition et ne vous prenez pas trop la tête. Il n’y a que 12 notes sur une guitare, donc au pire des cas vous trouverez au bout du douzième essai… Bien entendu, il faudra ensuite jouer la note dans la bonne octave.

Bien souvent la première note d’un riff vous donnera également la clé du morceau entier (il y a bien sûr des exceptions), donc si vous devez ensuite improviser un solo par la suite, vous saurez dans quelle gamme jouer. C’est une des raisons pour lesquelles l’oreille relative est si importante par ailleurs, car un bon musicien de jam n’a besoin que d’entendre une seule note pour jouer juste.

3) Notez la note

Vous avez trouvé la note ? C’est bien ! A présent assurez-vous de la noter. Vous pouvez vous faire une petite tablature manuscrite, car si vous devez chercher beaucoup de notes, c’est mieux d’avoir un petit mémo pour visualiser la mélodie et articuler votre première note avec celles qui suivent.

4) Répétez le process avec les notes suivantes

Une fois la première note trouvée, essayez de déduire la seconde en déterminant si elles est plus basse ou plus haute. Cela peut aussi être la même note. Pour vous faciliter la vie, vous pouvez rester sur une seule corde et glisser vers le haut et vers le bas.

Autrement, si vous savez que le morceau est dans la gamme mineure par exemple vous pouvez rester dans une « box » de la gamme. Personnellement je préfère cette seconde méthode que je trouve plus naturelle pour trouver le bon doigté du premier coup. Lorsque un musicien compose un morceau, il va faire en sorte que l’articulation entre les notes soit naturelle, il ne va pas slider de haut en bas. En restant dans une « box »  de la gamme du morceau, vous vous faciliterez la vie, pour peu que vous ayez travaillé vos gammes bien entendu.

5) Trouvez le bon doigté

Une fois que vous avez déterminé les bonnes notes à jouer, trouvez la façon la plus ergonomique de jouer le riff ou la mélodie que vous étudiez. Je vous invite à passer un peu de temps là-dessus, car jouer avec un mauvais doigté peut rendre un riff simple beaucoup plus difficile qu’il ne l’est en réalité.

Expérimentez jusqu’à trouver l’articulation qui vous convient. Certains guitaristes célèbres comme Steve Vai ont changé la manière de jouer certains de leurs plus grands hits au cours de leurs carrière, car ils se sont rendu compte qu’il y avait une manière plus ergonomique de jouer certaines phrases, donc ne cherchez pas à répliquer absolument ce que vous avez vu sur une vidéo de votre guitariste préféré, et trouvez votre propre façon d’interpréter le morceau.

6) Entrainez vous à jouer en rythme

Une fois que vous avez déterminé toutes les notes et comment les fretter sur votre manche, travaillez le timing pour être bien en place.

7) Jouez par-dessus le morceau

Une méthode très efficace par s’assurer que ce que l’on a déchiffré correspond bien au morceau que l’on apprend, est de jouer par dessus en l’utilisant comme backing track. Ajustez le volume de votre ampli pour ne pas masquer le morceau original, et répétez le riff jusqu’à le jouer parfaitement, que ce soit au niveau de l’attaque ou du rythme.

homme guitare

Conseils Bonus

Ralentissez le tempo quand c’est nécessaire

Parfois il est plus facile d’apprendre des morceaux à l’oreille lorsque vous ralentissez le tempo. Cela peut aider à déchiffrer certains passages d’un solo au sein duquel vous n’arrivez pas à bien discerner les notes. Essayez de rester à 80% du tempo original pour ne pas perdre la dynamique. Après il m’est déjà arrivé de ralentir le tempo à seulement 25% pour bien discerner les notes d’un plan de sweeping, donc trouvez ce qui vous convient le mieux selon ce que vous essayez d’apprendre.

Commencez avec des morceaux simples

Il faut trouver des morceaux à étudier qui vous plaisent et vont vous poser un petit challenge, mais si vous commencez juste, n’essayez pas d’apprendre un morceau trop difficile. Vous risquez de vraiment y passer des heures et de vous frustrer, ce qui n’est bien entendu pas le but de la manoeuvre.

Attention aux open tunings

Si en plus de jouer à l’oreille, vous utilisez des vidéos de live pour apprendre des plans,  assurez-vous que votre guitare est accordée correctement par rapport à ce que vous voyez.

Récemment je voulais apprendre un plan de Joe Bonamassa pour lequel il n’y avait pas de partition disponible. Pour m’aider, j’ai pris les vidéos que j’ai pu trouver sur youtube, et je trouvais que le mouvement de ses mains n’avait pas vraiment de sens par rapport au son qui sortait. Jusqu’à ce que j’apprenne que sa guitare était accordée en open de Ré mineur, qui n’est pas vraiment un accordage banal.


L’open tuning est très utilisé dans le metal par exemple, donc faites bien attention à accorder votre guitare en conséquence si vous voulez étudier ce style. Si la sixième corde (Mi grave) est jouée à vide dans un riff, vous ne trouverez la note nulle part ailleurs sur votre manche avec une guitare en open tuning.

Apprendre des suites d’accords et des harmonies à l’oreille

Vous êtes peut-être déjà capable de déchiffrer des riffs, des mélodies et des solos, mais pour beaucoup de guitaristes, réussir à retranscrire plusieurs notes à la fois est un challenge beaucoup plus important.

Cela parait plutôt logique. Retrouver une seule note est beaucoup plus simple que reconnaitre une combinaison de notes. Sans compter que certains accords peuvent être renversés et offrir une couleur différente que vous devrez pouvoir repérer si vous voulez vous rapprocher de la chanson originale.

Pour déchiffrer une mélodie à l’oreille, vous n’avez pas besoin de connaitre la théorie musicale. Après tout, la seule chose à faire est de faire correspondre la note que vous entendez avec la note de votre guitare. Bien sûr la théorie vous facilitera la vie, mais ce n’est pas indispensable pour débuter. Retranscrire des rythmiques et des progressions d’accords est différent.

Tout d’abord, vous devez être capable de jouer proprement les accords que vous voulez déchiffrer, idéalement dans plusieurs positions sur le manche. Le style de musique que vous jouez habituellement aura son importance sur votre capacité à déchiffrer de progressions d’accords à l’oreille. Si vous êtes un fan de blues ou de rock, vous serez probablement habitué aux triades majeures et mineures, aux accords septième, diminués et aux sempiternelles power chords, mais si à l’inverse vous voulez vous attaquer à un morceau de jazz, il vous faudra connaitre des accords bien plus exotiques. Il est conseillé de coller au style que vous jouez le plus au début.

Ensuite, il est important de mentionner que connaitre un minimum la théorie musicale et les principes de l’harmonie vous sera grandement bénéfique et vous facilitera sérieusement la tâche. Je vous expliquerai dans les paragraphes suivants sur quels aspects théoriques vous concentrer pour apprendre des harmonies et des suites d’accords à l’oreille. A défaut, en connaissant bien vos accords de base, vous pourrez tout de même vous en sortir.

Il existe 2 méthodes pour apprendre des progressions d’accords à l’oreille

1) L’approche « step-by-step »

Pré-requis :

- Pratiquement aucune théorie
- Savoir jouer jouer tous les accords de base

a) Callez-vous sur la basse

Dans la musique, la note la plus basse détermine comment les notes les plus hautes sonnent. L’harmonie commence donc toujours avec la basse. La première chose à faire est donc d’écouter la chanson que vous voulez apprendre avec attention et de vous caller sur la basse, car elle va vous aider à déchiffrer le reste.

Cela demande un peu d’entrainement, car notre oreille est habituée à écouter des mélodies qui sont faciles à reproduire mentalement, alors que les lignes de basses sont généralement plus « abstraites » pour le profane.

Astuce : Utilisez un equalizer

Si vous vous servez de logiciels comme Itunes ou VLC media player, vous pouvez essayer de booster les fréquences basses en utilisant un equalizer, cela vous facilitera la tâche. Le niveau va dépendre du morceau, mais en règle générale, il faudra booster les fréquences entre 60 et 400 hertz. Si vous utilisez les haut-parleurs de votre ordinateur ou des écouteurs, gardez aussi à l’esprit qu’ils restituent en général assez mal les basses, donc je vous conseille d’utiliser de bons haut-parleurs.

b) Déchiffrez la ligne de basse

A présent, déchiffrez la partie de basse note à note. Selon les morceaux, cela peut être une seule note qui est répétée pendant plusieurs mesures, ou bien une ligne plus mélodique. Ce process est assez similaire à celui pour apprendre des riffs et des mélodies.

c) Trouvez la tonique de chaque accord

La tonique est le nom que l’on donne à chaque accord (Do, Ré, Mi etc.). Donc la tonique pour un accord de Ré mineur est Ré. Considérez cette tonique comme la fondation d’un accord.

L’intérêt d’avoir appris la ligne de basse est que vous saurez faire la différence si la tonique de l’accord diffère de la basse. La basse ne joue pas la tonique tout le temps, mais elle l’accentue.

L’idée est donc d’écouter quelle note la basse joue sur le 1 (premier temps d’une nouvelle mesure), puis quelle note la basse joue le plus longtemps etc. Vous remarquerez qu’à chaque fois que l’harmonie change, la basse accentue une note différente, et cela va vous aider.

d) Vérifiez si l’accord est majeur ou mineur

Admettons que vous avez trouvé la tonique d’un accord et que celle-ci est Ré. Essayez de jouer un accord de Ré majeur et un accord de Ré mineur par-dessus le morceau, et trouvez celui qui sonne juste. Pour simplifier, un accord majeur sonne « joyeux », et un accord mineur sonne « triste ». Avec le temps, vous n’aurez plus à faire la comparaison car vous pourrez dire d’emblée si un accord est majeur ou mineur.

Si les accords majeurs et mineurs sonnent faux, alors il se peut que vous ayez à faire à un accord construit différemment.

Essayez avec :

a) Accord demi-diminué
b) Accord diminué
c) Accord augmenté
d) Accord sus ( sus2, sus4)
e) Renversement d’accord ( un accord dans lequel la bass ne joue pas la tonique, mais la tierce ou la quinte)
f) Vérifiez si vous devez ajouter une note en plus pour faire un accord 7ème

Si vous avez trouvé un accord majeur ou mineur lors de l’étape 4 ( et non une des exceptions), le son peut être un peu différent de l’original. C’est probablement car l’accord a un note en plus qui lui donne un son plus riche.

Il faudra donc vérifier si l’accord n’est pas l’un des types suivants :

a) Accords dominants
b) Accords majeurs 7èmes
c) Accords 7èmes mineurs
d) Accords 7ème majeur mineurs

Continuez de répéter ces 5 étapes et vous serez rapidement capable de déchiffrer les progressions d’accords les plus communes.

2) L’approche de l’Architecte

Pré-requis :

- Connaitre la gamme majeure et la gamme mineure naturelle.
- Savoir jouer les accords majeurs et mineurs dans toutes les clés.
- Idéalement savoir jouer les accords de 7ème dans toutes les clés.

Certains accords sonnent mieux que d’autres lorsqu’ils sont combinés ensemble. Il y a une logique dans la façon dont les accords se combinent, que vous allez pouvoir utiliser pour prédire quels accords ont le plus de probabilité d’être utilisés.

En règle générale, des accords sonnent mieux lorsqu’ils sont construits à partir des notes de la même gamme.

Pour bien comprendre cette question de l'harmonisation des gammes majeures et mineures, je vous renvoie à nos dossiers sur les modes et l'harmonie.

Article de lacartemusique sur les modes Ionien et Dorien

Voici les étapes à suivre pour appliquer cette méthode.

1) Trouvez la clé du morceau

Vous pouvez trouver la clé d’un morceau en trouvant l’accord sur lequel le morceau à l’air d’être « au repos ». Quel accord sonne comme si il n’avait pas besoin d’aller ailleurs pour trouver une résolution?  La première chose à vérifier est le premier accord et le dernier accord de la grille. En général, le premier accord donne la clé.

Une méthode que j’utilise est d’improviser avec une gamme pentatonique sur la chanson en faisant du « yaourt ». Si une gamme sonne juste, c’est que j’ai trouvé la clé, ou du moins celle d’une section si il y a des changements clé ultérieurs.

2) Ecrivez la gamme de la clé dans laquelle le morceau est joué

Si le premier accord que vous avez trouvé est majeur, écrivez les notes de la gamme majeure. Si c’est un accord mineur, écrivez les notes de la gamme mineure.

3) Construisez un accord pour chaque note de la gamme

Utilisez la formule numérique suivante qui est expliquée en détail dans nos articles sur les modes. L’exemple est donné pour un morceau en Do majeur.

1er degré (I) = Do majeur
2e degré (ii) = Ré mineur
3e degré (iii) = Mi mineur
4e degré (IV) = Fa majeur
5e degré (V) = Sol majeur
6e degré (vi) = La mineur
7e degré (vii°) = Si dim

Si l’on garde les chiffres romains cela donne : I ii iii IV V vi vii°

Cette formule est très importante, car elle nous indique les notes que la basse va probablement jouer. Mais surtout elle permet également de voir quels accords seront probablement joués. Par exemple pour notre exemple en Do, si la basse joue un Ré, ce sera probablement un Ré mineur.

Jouez un peu ces accords ensemble, vous verrez qu’ils donnent vraiment l’impression de s’imbriquer parfaitement ensemble d’un point de vue mélodique. Le son obtenu est appelé diatonique. Cela signifie que tous les accords sont construits à partir de la même gamme.

Cependant, il vous arrivera de tomber sur des progressions d’accords qui brisent cette règle et empruntent des accords à des gammes différentes
. Ces accords sont appelés non-diatoniques car ils ne font pas partie de la gamme. Il faudra être capable de les repérer et de les déchiffrer. La méthode step-by-step peut être combinée à l’approche architecte pour trouver ces accords.

En suivant toutes ces étapes, vous serez rapidement capable de déchiffrer des rythmiques très facilement.

Articles en relation