Comment devenir un maître de l'improvisation Blues ?

Publié le : 17/11/2018 17:51:53
Catégories : Apprendre

émotion guitareBien plus que mettre bout à bout des notes, jouer un bon solo de blues c'est avant tout exprimer des sentiments et raconter une histoire qui intéressera votre public.

Si vous êtes un débutant et que vous êtes encore en train d'apprendre comment jouer de belles improvisations, ignorer les bonnes stratégies peut vous ralentir et vous conduire à jouer des notes au pif sur votre manche en espérant sonner à peu près juste.

C'est pour cela que ce que vous jouez n'est en aucun cas comparable à ce que font les maîtres du blues tels Eric Clapton ou Joe Bonamassa, qui sont capables en un instant et quelques notes d'électrifier une foule. Mais ne vous découragez surtout pas, il est possible d'apprendre de ces grands maîtres et en suivant les conseils qui suivent vous pourrez vous aussi composer de très beaux solos.

1/ Planifiez vos solos

Le premier pas vers la grandeur, c'est d'apprendre à planifier et décomposer vos solos et ne pas tomber dans ce qu'on appelle le "yaourt", un enchaînement de plans sans queue ni tête.

En général un solo de blues comprend trois phases = Intro , développement, climax, résolution.

Ce n'est qu'un schéma approximatif, mais avoir ces étapes en tête lorsque vous jouez votre solo vous aidera à ne pas vous perdre et à structurer votre jeu pour garder votre public captivé.

La plupart des morceaux de blues sont structurés en 12 mesures, mais la clé pour vraiment planifier votre solo est d'arrêter de penser seulement en 12 mesures dans une progression de blues. Vous devez être capable de penser à de multiples sets de 12 mesures car au sein de cette période plus longue, beaucoup plus de choses peuvent se passer et vous pourrez mieux vous exprimer.

Si votre but est d'arrêter de jouer des notes au hasard, inutile de préciser que s'arrêter au milieu de ce que vous étiez en train d'exprimer parce que les 12 mesures sont terminées pour repartir sur quelque chose de complètement différent car la grille recommence est à bannir absolument.

Un des clés de l'improvisation blues est de réussir à créer une tension dans votre solo, et il est très important que vous soyez capable de déterminer le moment où vous créez cette tension.

Prenons l'exemple d'un blues en 12 mesures. La grille se termine avec l'accord de quinte (V) et ce moment est vraiment crucial. La plupart des débutants vont ignorer cet accord, mais une fois qu'ils ont atteint un certain niveau, ils prennent conscience de son importance et commencent à mettre l'emphase sur les notes qui le composent.

Faire attention à cet accord lorsqu'il arrive en ciblant les notes qui le composent est vraiment important et montrera que vous savez ce que vous faites. Mais attention le revers de la médaille c'est que si vous partez sur les notes de cet accord, cela met fin à la tension et constitue la résolution de votre solo, ou du moins d'une partie de votre solo, vous ne pourrez continuer de créer une tension une fois que vous jouez les notes de l'accord de quinte.

Si vous voulez continuer de créer une tension et ne pas perdre ce que vous avez construit à la fin, voici la solution : Lorsque la 12e mesure arrive, commencez un motif répétitif comme celui exposé ci-dessous et jouez le pendant quelques mesures de la grille de 12 mesures suivante.

Tablature gratuite (cliquer sur la photo pour agrandir et imprimer)

tablature blues gratuite

De cette façon vous aurez franchi la "frontière" entre les deux structures de 12 mesures et n'aurez pas perdu la tension que vous avez construite jusque là.

2/ Jouez des solos qui font passer des émotions

Il est vraiment important d'avoir un but précis lorsque vous jouez un solo de blues en termes d'émotions et de "vibe" que vous voulez transmettre à votre audience.

La meilleure façon d'y arriver est de réfléchir à l'émotion que vous voulez faire passer avant même de commencer votre solo. Cela peut par exemple être la tristesse, le désespoir, la colère, l'amour etc...

Essayez de capturer un moment de votre vie ou vous avez ressenti cette émotion et ressentez là au moment où vous jouez, je vous garanti que ça marche.

Le processus est donc le suivant : IMAGINEZ => RESSENTEZ => EXPRIMEZ

Une fois que vous avez compris ça, vous pouvez passer d'une émotion à une autre, de la colère à la joie par exemple. Cela vous aidera à créer cette fameuse tension sans trop avoir à y penser.

Ces exercices sont vraiment puissants et vous aideront à améliorer votre jeu. Ne vous dites pas une fois que vous avez lu ces lignes "Ok c'est bon j'ai compris". Entraînez vous ! Ce n'est qu'avec de la pratique que vous arriverez à tirer le plein potentiel de ce que je viens de vous expliquer.

Alors bonne gratte ! Et n'oubliez pas, les bons solos ça vient avant tout du coeur et pas seulement du bout des doigts !

Produits associés

Articles en relation